Autres: Motor Infos TV - La WebTV motorisée | | Moto Technologie
Comparateur 2 roues
 
Essai
mis en ligne le : vendredi 28 mai 2010

DUCATI Multistrada 1200 S Touring

Ducati Multistrada 1200 S Touring 2010 : Le couteau corse

Texte : David de Mars | Photos : Didier | Vidéo : DMV Com
Garantie et Prix
- 2 ans pièces et M.O, km illimité
- 19690 €
           Acheter     Assurer
Fiche technique
Moteur : bicylindre 4T, refroidi par eau, double ACT, 4 soupapes
Cylindrée : 106x67,9 = 1198,4 cm3
Puissance maxi : 150 ch à 9250 tr/mn
Couple : 118,7 nm à 7500 tr/mn
Mise en route : démarreur électrique
Alimentation : injection 2 injecteurs par cylindre
Embrayage : en bain d'huile
Boîte : 6 rapports
Cadre : treillis tubulaire
Suspension av. : Fourche inversée pilotée électroniquement ø48 , déb. 170 mm
Suspension ar. : mono amortisseur piloté électroniquement, déb. 170 mm
Frein av. : 2 disques ø 320 mm, étrier 4 pistons
Frein ar. : 1 disque ø 245 mm, étrier double piston
Pneu av. : 120/70-17; ar. : 190/55-17
Réservoir essence : 20 litres
Longueur : 2150 mm
Hauteur de selle : 850 mm
Poids à sec : 192 kg
Equipement de série
Carénage de tête de fourche
Coupe-contact
Appel de phare (index)
Garde aux leviers réglable
Clé codée par télécommande
Tableau de bord digital
Ordinateur de bord multifonctions
Jauge à carburant + témoin de passage en réserve
Voyant de clé codé
Voyant de défaut d’injection
Voyant d’ABS
Voyant de pression d’huile
Voyant de feux de route
Voyant de point mort
Deux trips partiels
Heure
Température extérieure
Rapport engagé
Anti-blocage ABS
Ducati Traction Control
Ducati Data Acquisition
Embrayage assisté et anti-dribble
Cartographie modifiable sur 4 modes
Suspensions pilotées et pré-réglées sur 4 modes, réglages modifiables
Béquille latérale
Béquille centrale + poignée de levage
Prise 12 V
Poignées chauffantes réglables sur 3 positions
Deux poignées de maintien passager
Protège-mains intégrant les clignotants
Repose-pieds arrière repliables
Ergots d’arrimage
Petit coffre de rangement dans le carénage
Petit coffre sous selle
Valises latérales
Support de top-case
Constructeur / Distributeur
DUCATI
Ducati-France
390 Rue Estienne D’Orves
92701 – Colombes Cdx
Tel : 01 56 05 60 00
Fax : 01 56 05 60 04
www.ducati.fr

Concurents
APRILIA Caponord 1200
Voir | Comparer | Essai

BMW R 1200 GS 2013
Voir | Comparer | Essai

BMW R 1200 GS Adventure
Voir | Comparer | Essai

BMW R 1200 GS Adventure 2014
Voir | Comparer

DUCATI Multistrada 1200
Voir | Comparer

DUCATI Multistrada 1200 S Granturismo
Voir | Comparer | Essai

HONDA Crosstourer 1200
Voir | Comparer | Essai

KAWASAKI Versys 1000
Voir | Comparer | Essai

TRIUMPH Tiger 1050
Voir | Comparer

TRIUMPH Tiger Explorer 1200
Voir | Comparer | Essai

TRIUMPH Tiger Sport 1050
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA XT 1200 ZE
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA XTZ 1200 Super Tenere
Voir | Comparer | Essai

Oui, je sais, il est plutôt d'usage de faire référence à la Suisse lorsqu'on parle du fameux couteau multifonctions. Seulement voilà, c'est en terre corse que nous sommes allés prendre le guidon de la nouvelle Ducati Multistrada 1200 S Touring. Et vu la diversité des routes que nous avons empruntées (de la voie rapide au chemin défoncé) et considérant la facilité avec laquelle la « Multi » s'est tirée de toutes les situations, c'est à se demander si la nouveauté italienne n'a pas été conçue par des Suisses, pour la Corse. Rassurez-vous, cette Ducati possède bien tous les gènes de la marque italienne et, autant vous le dire tout de suite, elle frise la perfection...
Lorsque j'ai appris l'arrivée d'une Multistrada équipée du moteur à refroidissement liquide de la 1198, je me suis tout d'abord demandé ce qui avait bien pu passer par la tête des ingénieurs de la firme bolognaise. Ayant moi-même possédé la première version (apparue en 2003) de cette moto équipée du 1 000 cm3 à air, je reconnais bien volontiers qu'un surplus de gouache n'aurait pas été de refus, ce que sa partie-cycle pouvait encaisser sans problème. Mais de là à lui greffer un moteur conçu pour gagner le championnat du monde de Superbike, il fallait oser, et je me suis dit que l'engin allait devenir totalement inexploitable. Pourtant, au fil des kilomètres, mon scepticisme a littéralement fini par voler en éclats...

Suréquipée

Dans cette version « S Touring », la nouvelle Multi se caractérise par la présence d'une béquille centrale, de poignées chauffantes et d'une paire de valises (57 litres au total). Elle reçoit aussi le freinage ABS, le système de contrôle de traction DTC avec gestion des gaz « Ride by Wire » et, comble du luxe, s'offre des suspensions Öhlins pilotées par électronique (système DES pour Ducati Electronic Suspension). Plus fort, il est possible par une simple pression sur un bouton-poussoir de basculer entre 4 modes de fonctionnement : Sport, Touring, Urban et Enduro. Rien de révolutionnaire, me direz-vous. Sauf qu'en plus de modifier le caractère moteur, chacun de ces modes s'accompagne d'un réglage spécifique des suspensions et d'un niveau adapté du système de contrôle de la motricité.

Surenchère

Si les réglages prédéfinis ne vous conviennent pas, sachez que vous avez encore la possibilité d'affiner (toujours par le biais de l'électronique) ceux des suspensions, mais aussi le niveau de contrôle de la motricité et même de shunter l'ABS. Enfin, une simple pression sur un bouton vous permet d'ajuster la pré-charge des suspensions sur 4 positions : solo, solo avec valises, duo, duo avec valises. Bref, s'il faudrait être fou pour demander plus, notez que d'autres équipements sont disponibles, tels que GPS Garmin, alarme, bouchon de réservoir électrique, top-case, bulle réglable en hauteur... Une liste non exhaustive qui alourdira la facture de départ, déjà bien salée : 18 900 euros. C'est cher pour un couteau suisse... Pour se justifier, Ducati annonce que la Multistrada 1200 S regorge de technologies issues du MotoGP et qu'elle est parfaite quelles que soient les conditions d'utilisation. Après 4 jours à son guidon à sillonner la Corse, je veux bien le croire...

Surchauffe des neurones

Première surprise, la Multi démarre sans clé ! À la place, une télécommande que l'on glisse dans la poche communique avec la moto et reconnaît votre présence jusqu'à une distance de 2 mètres. Génial pour les étourdis qui, comme moi, ont tendance à oublier la clé sur le contact, mais perfectible puisqu'il semble que mon téléphone portable, situé dans la même poche que la clé, avait tendance à perturber le signal. En selle, les pilotes de taille moyenne auront raison de choisir l'option (gratuite) « selle basse », car du haut de mon 1m73, je suis sur la pointe des pieds. Côté position de conduite, en revanche, c'est parfait. Et si au premier regard, le guidon semble un peu large, il se montrera cependant parfait à l'usage, ne générant pas la moindre fatigue musculaire. La passagère, quant à elle, vous livrera son avis à la fin de cet essai. Contact. Le tableau de bord digital fourmille d'informations. La lecture du régime moteur et de la vitesse sont faciles, mais il faut un temps d'adaptation pour, d'un simple coup d'œil, lire l'heure, le niveau d'essence ou la température du moteur. Plus lisibles, car localisées dans une fenêtre spécifique, les informations de l'ordinateur de bord renseignent sur la consommation instantanée et moyenne, le nombre de kilomètres restant avant la panne sèche ou encore votre vitesse moyenne. C'est dans cette même fenêtre que s'affichera le mode de fonctionnement de la moto, par exemple « Touring, solo, avec valises ». Juste un conseil, prenez bien le temps de lire et, surtout, d'assimiler le mode d'emploi d'activation des différentes fonctions. Dans le cas contraire, vous aurez comme votre serviteur les neurones qui fument pour découvrir comment se désactivent les poignées chauffantes ou comment on passe d'un mode à un autre. Alors vous tripoterez tous les – nombreux - boutons, en pestant. Bien fait pour moi, je n'avais qu'à parcourir le manuel avec patience car finalement, tout s'avère très simple à manipuler. C'en est même génial à l'usage.

Surprenante

Surprise désagréable, tout d'abord, avec une mécanique distillant au ralenti de nombreux claquements peu rassurants et un niveau sonore élevé. Paradoxalement, cette sonorité devient littéralement envoûtante dès que la machine s'envole dans les tours. Surprenante à bien des égards, la Multi l'est surtout par son poids plume (toutes proportions gardées) de 220 kg avec les pleins. En action, grâce à son excellent équilibre, elle se transforme en vélo. D'une pichenette sur le guidon, elle obéit à votre regard et se pilote véritablement à l'instinct, autorisant même des corrections de trajectoire plein angle sans manifester le moindre début de rébellion. L'excellence des suspensions y est pour beaucoup, qui savent à la fois parfaitement vous communiquer l'état de la route et préserver le confort. Du vrai haut de gamme. En mode Touring, le confort est privilégié et la Multi devient tapis roulant. Passez en mode Enduro et vous sentez alors l'arrière se surélever de 2 cm, prêt à encaisser des sauts. Enfin, en mode Sport, le tout devient plus ferme et la fourche autorise les freinages les plus puissants. Avec son tout nouveau châssis et l'aide des Pirelli Scorpion Trail spécialement développés pour elle (homologués jusqu'à 270 km/h ! ), on se demande bien ce qui pourrait venir perturber la tenue de route de la Multistrada 1200 S... En tout cas, pas les multiples revêtements, du plus lisse au plus fripé (voir défoncé), des routes corses.

Surpuissante

Si, dans le monde libre, la Multistrada vous offre 150 chevaux (une puissance qui tombe à 100 chevaux dans les modes Enduro et Urban), il faudra bien sûr se contenter de la puissance légale en version française sur tous les modes. Mais là, je demande à discuter avec celui qui osera me dire que ces 106 purs sangs ne suffisent pas pour un usage routier. Car en mode Sport, la Multistrada est une véritable catapulte sur laquelle les virages vous sautent au visage en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Prudence est donc de mise avec les gaz en sortie de courbe, là où la roue avant aura tendance à vouloir faire un bisou aux nuages. D'autant que dans ce mode, le DTC est réglé sur la 4ème des 8 positions disponibles (1 = quasi inactif, 8 = maximum). Ce dernier devient très présent en mode Urban afin d'éviter les dérobades de la roue arrière, par exemple au passage sur une plaque d'égout. De même, la puissance débarque de façon nettement plus douce, phénomène que l'on retrouve en mode Enduro, là où le DTC est presque au minimum. Un mode qui autorise donc de petits travers sur chemins, mais que l'arrivée tempérée de la puissance permet de contrôler. De plus, l'ensemble est couplé à un embrayage qui empêche le blocage de la roue arrière au rétrogradage, mais dont l'action ne vient jamais amputer le frein moteur. C'est simple, le dispositif est quasi invisible à l'usage. Pas d'ombre au tableau alors ? Si, notamment quelques à-coups de fonctionnement lors des évolutions sur le filet de gaz et, bien plus gênant, une sélection des vitesses perfectible et ponctué de faux points morts. Quant au freinage, s'il se montre performant et endurant, il n'est pas aussi puissant que ces étriers radiaux ne le laissent supposer. Un phénomène qui peut s'expliquer par un déclenchement trop rapide de l'ABS, même sur sol sec.


L'avis de la passagère (1m62, 50 kg)

Pas facile d'escalader la selle de cette moto, d'autant qu'il faut faire attention à ne pas se cogner dans les valises. Mais une fois en place, c'est parfait. Surélevée par rapport au pilote, je peux profiter pleinement du paysage et le confort de selle est excellent. Les suspensions filtrent parfaitement les défauts de la route, et les poignées de maintien sont très bien placées. Pas la moindre fatigue ressentie durant ces 4 jours d'essai, ni au niveau des fesses, ni au niveau du dos. J'imagine que traverser la France à son bord, quelles que soient les routes, n'est qu'une simple formalité. Le seul problème, c'est que mon pilote m'a demandé l'autorisation d'en commander une...

Conclusion
En découvrant la nouvelle Multistrada, on ne peut s'empêcher de penser à la concurrence, à savoir la BMW R1200GS. Et là, la firme allemande a du souci à se faire, car le segment du trail sportif n'est désormais plus sa seule chasse gardée. La nouvelle Multi est facile à prendre en main, pas exigeante à piloter pour deux ronds, ultra confortable et rassurante quelles que soient les conditions d'utilisation. Mais elle dispose dans ses entrailles d'un bloc ultra performant qui apporte ce petit grain de folie furieuse que les Italiens savent si bien conférer à leurs machines. Sa finition ne souffre pas la critique, son homogénéité est parfaite et sa débauche d'électronique apporte un plus indéniable à l'usage. Reste à voir si la fiabilité de tous ces composants sera au rendez-vous. Quoi qu'il en soit, j'ai eu bien du mal à rendre la clé de cette moto. Et maintenant, je dois convaincre ma ministre des Finances de passagère que cet achat, bien que pas raisonnable du tout, est totalement indispensable à notre vie de couple à moto...
Moteur, même bridé à 106 chevaux
Tenue de route imperturbable
Confort royal
Très bonne protection
Suspensions pilotées
Traction Control rassurant
Vraiment polyvalente
Finition
Sélection perfectible
Bruit du moteur au ralenti
Ouverture et dépose des valises peu pratique
Freinage manquant d'attaque
ABS trop sensible
Tant d'équipements et pas de feux de détresse !!!
Tarif...
Moteur :
Partie-cycle :
Esthetique :
Equipement :
10/10
10/10
7/10
9/10
Vitesse maxi :
Accélération 0-100 m :
Diamètre braquage :
Conso. moyenne :
Autonomie :
+220 km/h
NM sec
NM mm
7,12 l/100 km
280 km
Note Finale :   9/10
Réaction(s) (5)
1 | écrit le vendredi 04 juin 2010 à 09h41 par DJP
Laide à faire peur et tres chere (autant acheter la'' BM coin coin'' qui ,elle, est fiable ?)
2 | écrit le lundi 02 août 2010 à 18h47 par remy
Enfin une Ducati pilotable sans mode d'emploi.
Facile, confortable,très stable, tu peux prendre les freins sur l'angle sans que la moto se redresse, et quel moteur....et oui, en Suisse, elle est en full.
Le seul bémol, avec mon 1,85m, la protection est un peu juste. Mais c'est largement compensé par tout le reste, sauf.....le prix.
Quand à la la forme, c'est une affaire de goût
Après une Aprilia pendant 6ans (avec laquelle, le le souligne, je n'ai eu aucun soucis), je ne regrette pas mon achat.
Reste plus qu'a tester la fiabilité. Après 1 mois et 4'500kms par tous les temps (-3°), pas un seul soucis.
Vraiment, une très bonne moto.
3 | écrit le jeudi 11 novembre 2010 à 14h21 par schumico
Réponse à DJP,
Une BM qui fait un bruit de 2CV... quelle horreur! Enfin, c est une affaire de goût...
Belle en photos et encore plus belle en vraie et que du plaisir sur la route...même en 106cv.
4 | écrit le samedi 20 novembre 2010 à 18h58 par Cissous
Une moto vraiment polyvalente qui s'adapte suivant la route, les 4 modes sont vraiment super ca change le comportement de la moto, j'ai essayé j'ai adopté, je ne suis vraiment pas déçu, en plus de ca le moteur est vraiment là même si en France nous sommes bridés. Bravo a Ducati
Au passage nous avons créé un forum dédié à la Ducati Multistrada 1200 => www.multistrada1200.fr
5 | écrit le samedi 15 septembre 2012 à 08h12 par rayray
Qu'en est-il de la hauteur de selle et de sa largeur, la selle basse permet-elle à une personne de 1m70 de toucher le sol???
Réagir sur cet essai :
Pseudo :

Email : (ne sera pas affiché sur le site, mais un mail de validation vous sera envoyé)

Votre commentaire :

Smiley: :evilgrin: :waii: :unhappy: :tongue: :surprised: :smile: :happy: :wink:
Recopiez le code ci-contre (chiffres uniquement):
Occasions moto
Boutique
.: Tags :.
Partenaires