Autres: Motor Infos TV - La WebTV motorisée | | Moto Technologie
Comparateur 2 roues
 
Essai
mis en ligne le : vendredi 01 mars 2013

HONDA CB 500 F

Essai Honda CB 500 F : le Come Back !

Garantie et Prix
- 2 ans PMO, km illimités
- 5799 €
           Acheter     Assurer
Fiche technique
Moteur : bicylindre 4T, refroidi par eau, double ACT, 4 soupapes
Cylindrée : 67 x 66,8 = 471 cm3
Puissance maxi : 47.5 ch à 8500 tr/mn
Couple : 43 nm à 7000 tr/mn
Mise en route : démarreur électrique
Alimentation : Injection
Embrayage : en bain d'huile
Boîte : 6 rapports
Cadre : type Diamant en acier
Suspension av. : fourche télescopique ø41 , déb. 120 mm
Suspension ar. : mono-amortisseur Pro-Link, déb. n.c. mm
Frein av. : simple disque ø 320 mm, étrier double pistons, ABS
Frein ar. : simple disque ø 240 mm, simple piston
Pneu av. : 120/70-17; ar. : 160/60-17
Réservoir essence : 15.7 litres
Longueur : 2075 mm
Hauteur de selle : 785 mm
Poids à sec : n.c. kg
Equipement de série
Coupe-contact
Feux de détresse
Appel de phare
Anti-démarrage par clé codée HISS
Voyant HISS
Freinage ABS
Voyant ABS
Voyant d'huile
Voyant défaut d'injection
Tableau de bord digital
Ordinateur de bord
Consommation instantanée, moyenne et autonomie
Jauge à carburant
Heure
Trip total et partiel
Béquille latérale
Repose-pieds arrière repliables
Ergots d’arrimage
Logement pour un antivol en U
Options
Déflecteur de tableau de bord
Protections de réservoir
Garde-boue avant look carbone
Garde-boue arrière look carbone
Demi sabot moteur côté gauche
Capot de selle
Top Box 35 litres
Valises latérales
Filet à bagages
Poignées chauffantes
Silencieux Akrapovic
Antivol en U classe SRA
Housse de protection
Film adhésif de protection de la peinture
Chargeur de batterie Optimate
Constructeur / Distributeur
HONDA
Honda Motor Europe Sud
SA, parc d’activités de Pariest, BP 46, allée du 1er mai,
Croissy Beaubourg
77 312 - Marne la Vallée Cedex 2.
Tel : 01 60 37 30 00
Fax : 01 60 37 30 99
www.honda.fr
Concurents
KTM Duke 200
Voir | Comparer | Essai

KTM Duke 390
Voir | Comparer | Essai

MASH Two Fifty 250
Voir | Comparer | Essai

SUZUKI Inazuma 250
Voir | Comparer | Essai

SYM Wolf 250 SB
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA SR 400
Voir | Comparer | Essai

ZERO S ZF 11.4
Voir | Comparer

L'histoire de la Honda CB 500 débute en 1993. Moto simple, fiable et économique, la recette de son succès tient tout autant en ses capacités à vous mener chaque jour de la semaine au travail qu'à vous régaler le week-end de son moteur expressif et de sa partie-cycle joueuse. Vingt ans plus tard, la Honda CB 500 nous revient en trois versions 100 % nouvelles. La plus attendue d'entre elles est bien entendu la version roadster, la CB 500 F. Saura-t-elle devenir aussi incontournable que son illustre ainée ? Possible...

Vous êtes certainement nombreux ici, amis lecteurs, à vous être fait la main au guidon de la CB 500, une moto dont vous pouvez retrouver l'histoire le long des trois épisodes de la saga que nous lui avons récemment consacrée. Mais vous êtes probablement encore plus nombreux à attendre impatiemment l'arrivée de sa remplaçante. "Vous", ce sont les motards débutants, les avertis, ceux qui veulent monter en cylindrée après avoir choisi une 125 ou une 250 cm3 (moto ou scooter), mais aussi les automobilistes qui souhaitent passer au deux-roues pour commuter au quotidien de façon plus intelligente, ou encore les motards "en sommeil", ceux qui possédaient une grosse cylindrée et reviendraient bien à leur passion sur une cylindrée certes intermédiaire, mais néanmoins de "grosse moto". En clair, la Honda CB 500 F millésime 2013 ambitionne de faire de l'œil à toutes celles et tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin au monde du deux-roues motorisé.

Avant tout une Honda !

Sa mission consiste aussi à relancer la catégorie 500 cm3. Il faut dire qu'avec l'ancienne formule de l'examen à la conduite obligeant le jeune permis à se coltiner pendant deux ans une machine bridée à 34 chevaux, l'offre des constructeurs avait fini, en schématisant, par ne se réduire qu'à des 600 ultra bridées ou à des 125 bien peu alertes. Fini ce temps-là, le permis A2 arrive et avec lui une pléiade de motos bien plus aguicheuses. Pour Honda, revaloriser et faire progresser le segment du demi-litre, c'est tout d'abord proposer trois modèles (F, R et X) dotés d'arguments en béton armé. Ainsi, les CB 500 doivent offrir un très bon rapport qualité/prix ; séduire le consommateur en termes de budget à l'achat, à l'usage et à l'entretien ; offrir un design contemporain ; être faciles de prise en main, rassurantes, funs et confortables à piloter et, pour finir, respecter leur environnement.

 

C'est plus à une grosse prise en main qu'à un essai ultra complet que nous vous convions aujourd'hui, puisque nous n'avons disposé que de très peu de temps pour "tout rentrer", photos, vidéo et impressions de conduite. Il y a néanmoins une cerise sur le gâteau : en complément du roadster, nous avons aussi pu prendre les commandes de la sportive du lot, la CBR 500 R. Ces deux motos, qui s'appuient sur une construction moteur et partie-cycle commune, seront majoritairement produites en Thaïlande, et le moins que l'on puisse dire concernant la qualité est que nous sommes bien en présence de motos Honda. Rien à redire côté finition et ajustements des éléments de carrosserie, peinture de qualité, matériaux sérieux, les nouvelles CB 500 disposent de plus d'un bon niveau d'équipement avec notamment en dotation d'origine le freinage ABS. Le design n'est pas en reste avec une inspiration Hornet 600 ou CB 1000 R pour le roadster, CBR 1000 RR pour la sportive. Au chapitre de l'équipement, on trouve un tableau de bord digital complet, alors qu'un antivol en U pourra prendre place sous la selle. A ce niveau de tarif, on oubliera cependant les leviers de frein et d'embrayage réglables ainsi que le bouchon d'essence monté sur charnière.

Tu peux faire combien de pompes ?

On se consolera avec la mécanique 100 % nouvelle, un bicylindre parallèle évidemment, fière d'exhiber son double arbres à cames en tête. Avec ses 471 cm3, ce nouveau bloc revendique le maximum des 35 kW autorisés par ce nouveau permis A2, soit 47,55 chevaux obtenus à 8 500 tr/min pour un couple maxi de 43 Nm à 7 000 tr/min. Sa courbe de puissance dessine une droite bien rectiligne et Honda ne cache d 'ailleurs en rien son souhait d'offrir un moteur très linéaire. Mais il l'a aussi voulu frugal et annonce une consommation moyenne très légèrement supérieure à 3,5 litres pour 100 km. Là encore, le peu de kilomètres effectués en sa compagnie ne nous a pas permis de vérifier ces dires, mais un bilan "au quotidien", comme nous vous l'avons récemment proposé avec la Kawasaki Ninja 300, est déjà en ligne pour confirmer ou infirmer. Toujours est-il qu'avec 15,7 litres dans le bidon, cela augure près de 450 bornes d'autonomie, soit un seul ravitaillement sur un Paris-Marseille...

 

Je vous fais grâce des subtilités techniques utilisées pour parvenir à ce résultat, mais sachez tout de même que le moteur des CB 500 utilisent des pistons à jupe rainurée et des basculeurs de distribution à rouleaux pour réduire les frictions, que sa pompe à eau est riquiqui pour absorber moins de puissance, que ses conduits d'admission en air sont rectilignes et que la boîte à air est cloisonnée pour optimiser l'efficacité du flux d'air. Avant de le mettre en route, je vous signale encore qu'il dispose d'un arbre d'équilibrage réducteur de vibrations, que ses carters compacts disposent en triangle le vilebrequin et les deux arbres de la boîte de vitesses, que la sélection de cette dernière est identique à celle utilisée sur les CBR 600 RR et 1000 RR, et enfin qu'il participe à la rigidité du châssis.

CB 500 Spirit

Pour cela, le moteur est fixé en quatre points dans son nouveau châssis de type tubulaire en acier auquel sont associés, à l'avant, une fourche de 41 mm et, à l'arrière, un bras oscillant disposant du Pro-Link et d'un mono-amortisseur réglable sur neuf positions de précontrainte. S'y ajoutent des jantes en aluminium moulé aux bâtons en Y avec des pneus à carcasse radiale en dimensions 120/70-17 avant et 160/60-17 à l'arrière. Le freinage se fait via un simple disque avant de 320 et un autre de 240 mm à l'arrière, ainsi qu'un nouveau modulateur ABS compact et léger que le constructeur utilise pour la première fois. Au final, la CB 500 F pèse 192 kg alors que l'ajout du carénage fait grimper la CBR 500 R à 194 kg, poids entendus tous pleins faits.

 

L'esprit CB 500, c'est avant tout une moto facile à prendre en main. En la relevant de sa béquille, on sent tout de suite que cette étape ne va pas durer bien longtemps. On le devine d'ailleurs bien avant, simplement en découvrant le gabarit d'une 500 qui ne voulait pas se faire plus grosse que le boeuf. La selle est basse (785 mm), le guidon au cintre quasi plat tombe instinctivement sous les mains si bien que le buste n'est que très légèrement basculé en avant. Les pieds, eux, ne cherchent pas non plus sélecteur et pédale de frein bien que les jambes dépassent les 90 ° d'angle de pliure. Surtout, le poids se fait très vite oublier. Précisément dès le repli de cette latérale, lorsqu'on bascule ensuite sans effort la moto entre les cuisses. L'équilibre des masses est remarquable, tout autant que leur centralisation au plus proche du sol. Mais l'esprit de la CB, c'est aussi une mécanique expressive. À la mise en route du moteur, sonorité et vibrations perçues rappellent instantanément les fameuses "PC 26" et autres "PC 32". Alléchant, tout ça...

Toujours amusante à conduire

Facile à vivre, la CB 500 F l'est jusque dans la douceur de ses commandes : embrayage onctueux et progressif, première qui s'enclenche sans claquer, sélection douce, rapide et précise des autres rapports, dosage aisé et réponse en douceur des gaz... En quelques mètres parcourus en ville, la CB 500 vous fait comprendre qu'elle veut devenir votre meilleure amie au quotidien. Pour cela, elle dispose d'une grande souplesse mécanique. Alors on cherche sans pitié le régime jusqu'où elle peut descendre avant de vous faire comprendre que "bon, faudrait voir à ne pas trop abuser quand même". En duo et en sixième, le filet de gaz est possible à un peu plus de 2000 tr/min. Cruel, mais possible. Il ne suffit alors que de 1000 tours supplémentaires pour, toujours en duo, oser une rotation plus franche de la poignée droite sans avoir l'impression de jouer le bourreaux des pistons. À 4 000 tr/min en sixième, la CB enroule alors à 90 km/h.

 

Minimaliste, la protection est toutefois présente grâce aux écopes du radiateur et au dessin de l'optique de phare intégré au saute-vent. Ajoutez un confort satisfaisant côté suspensions et rembourrage de selle et vous voilà aux commandes d'un roadster qui peut tenir sans gros effort une cadence autoroutière. Mais c'est évidemment dans les virolos qu'on a envie d'emmener la CB, histoire de vérifier si sa partie-cycle est toujours d'humeur joueuse. La réponse est oui. Du moins, c'est ce qui ressort de ce premier et rapide contact effectué sur une portion de route sinueuse, bien sèche et parfaitement revêtue. Là, un châssis très sain a semblé se profiler, rigoureux sans être trop rigide et en ce sens fidèle à la tradition Honda : efficace, facile et rassurant à exploiter. Quelques gros freinages suffisent en revanche à montrer la puissance du simple disque et sa facilité de dosage, un exercice que la fourche encaisse par ailleurs sans vriller. Bref, la CB 500 F semble aussi douée que son ainée lorsqu'il s'agit de se marrer un peu. D'ailleurs, elle aura droit elle aussi à sa Cup, ce qui nous amène aux commandes de la CBR 500 R.

Le même, mais différent

Dans les grandes lignes, nous sommes aux commandes de la même machine, même si bien sûr l'ergonomie et le carénage sont là pour inciter à en découdre. Le guidon est donc remplacé par des bracelets, mais ceux-ci sont rehaussés, si bien que la position de conduite n'a absolument rien de radicale, sauf à vouloir réellement s'effacer derrière la bulle. Pour cela, la selle du pilote, identique à celle du roadster, est suffisamment longue afin de s'y reculer. En chiffres, la hauteur du guidon de la CBR 500 R est de 970 mm, soit 49 mm de moins que sur la F, sa largeur passant de 600 à 560 mm. Là encore, il est question de faire rentrer tout ce qui dépasse quand l'heure est venue de grappiller le dernier kilomètre... par heure. Vous l'avez compris, seule l'aérodynamique et l'attitude qu'il est possible d'adopter à leurs commandes changent entre les deux motos, avec en prime un look directement inspiré de l'hypersportive de la marque pour cette version R. Pour le reste, partie-cycle et mécanique sont 100 % communes aux deux versions. Tiens, le moteur, vous pensiez peut-être que j'allais oublier de vous en parler ! Hey, what did you expect ?

 

Rendant quelque 10 chevaux et acceptant de prendre moins de tours par minute que la célèbre CB 500 type PC 26, on ne s'attendait évidemment pas à trouver un missile balistique dans les entrailles de ces nouvelles CB, d'autant plus lorsque le constructeur présente son nouveau moteur comme étant "très linéaire". Et la question qui brûle toute les lèvres porte sur sa différence de caractère avec celui qui équipe la NC 700 S puisqu'il développe la même puissance. La réponses est claire, nette et précise : oui, il est plus expressif, plus vivant et au final plus marrant, ne serait-ce que parce qu'il accepte de prendre plus de tours (zone rouge à 8 500 tr/min contre 6 500 tr/min sur la NC) et parce qu'il est aussi défini pour un usage récréatif. Maintenant, il se révèle effectivement sans surprise dans ses montées en régime et c'est peut-être là le seul vrai défaut de cette nouvelle CB 500 : son bloc est alerte, vif et ne marque pas le moindre temps mort dans son ascension vers le rupteur, mais il lui manque le petit grain de folie qu'on aimait tant sur la CB 500 première du nom. Il est en tous cas tel que son constructeur l'a souhaité, c'est-à-dire un moteur que tout un chacun sera apte à exploiter à 100 % avec, en plus, l'argument de sa consommation a priori ultra contenue.

Conclusion
Au terme de ce galop d'essai, on peut avancer sans gros risque que ces nouvellles Honda CB 500 F et R vont rencontrer un franc succès. Elles sont vendues à un tarif placé, elles sont belles et bien finies, profitent de série d'un bon niveau d'équipement et sont parées pour affronter le quotidien besogneux au même titre que la balade plus ou moins rapide. Peu de motos savent faire un si grand écart en termes de polyvalence, a fortiori dans cette fourchette de tarif, et on ne peut qu'applaudir l'initiative du constructeur à vouloir relancer cette catégorie 500, trop longtemps oubliée. Des motos simples, économique ET marrantes, on en redemande ! Nous serons peut-être bientôt servis avec l'arrivée prochaine de la CB 500 X et avec elle, rien ne dit qu'on ne pourra pas en plus gravir la chaîne des montagnes de l'Himalaya !
Facilité de prise en main
Simplicité d'utilisation
Performances globales
Equipement
ABS de série
Tarif
Caractère moteur en retrait
Moteur :
Partie-cycle :
Esthetique :
Equipement :
8/10
9/10
9/10
9/10
Vitesse maxi :
Accélération 0-100 m :
Diamètre braquage :
Conso. moyenne :
Autonomie :
+ de 180 km/h
n.m sec
2650 mm
4,2 l/100 km
370 km
Note Finale :   8,8/10
Réaction(s) (7)
1 | écrit le vendredi 01 mars 2013 à 10h02 par indiana jones
juste parfaite. Si suzuki ne reagi pas à temps avec une new "gs / gsr/ inazuma 500" j ai trouvé la remplaçante de ma inazuma.

Un grand bravo a honda.
2 | écrit le samedi 02 mars 2013 à 05h47 par passnc
a voir,je me prononcerai apres un essai perso,mais en lissant les essai ca ne me fait pas revé,vraiment pas!ce qui est seduisant c'est bien entendu son prix, sa conso et que c'est une honda,apres ,faut voir..
3 | écrit le samedi 02 mars 2013 à 14h12 par Jeff2A
Il est sur qu'avec un moteur limité à 48ch il ne fallait pas attendre des performances "decoiffantes" mais entre le prix d'achat et la faible consommation c'est un bon compromis aussi bien pour les débutants que pour ceux qui ne veulent pas de trop investir et qui ne sont pas avides de sensations.
Elle devrait avoir du succes car pour le moment il n'y a pas de concurrence dans ce segment.
4 | écrit le samedi 02 mars 2013 à 14h53 par olysk
Jeff2A a bien resumé. Perso je cherche a remplacer ma vieille (mais peu de kms) SV650S et franchement entre le budget / assurance / etc et d'autres priorités dans la vie, je me dis que ca peut etre un bon modele cette CB500 :)
Apres il est vrai qu'avec 48ch ca semble leger mais bon ca devrait suffire dans bon nombre de cas.
5 | écrit le samedi 09 mars 2013 à 10h07 par rene
J'ai déjà demandé un essai à la concession, j'en dirai plus après ça, probablement avant la fin du mois. J'ai bien connu la Gpz500s (moto que j'ai eu le plus longtemps), le CB500, et la GSE500 de mon amie, la moto que je pense la plus proche de cette nouvelle Honda. Si c'est du même tabac mais en mieux que la gse (amorto et finition), ce qui semble être le cas, ce sera excellent, car on ne l'a pas dit assez souvent mais le moteur de la Suz était une crème sans sacrifier à un bon petit caractère dans les tours et peu de vibrations à des régimes "autoroutiers". C'était le moteur le plus agréable des trois au quotidien, à la fois doux et plein de bonne volonté. Pour les autres, leurs "imperfections" et leur puissance leur donnait quant à elles, un supplément d'âme. Si la Gse avait eu un meilleur amorto, c'est une moto que j'aurais sans doute possédé, d'autant qu'elle avait une jolie silhouette.
6 | écrit le samedi 16 mars 2013 à 21h41 par rene
J'ai essayé aujourd'hui la CBR sous quelques gouttes de pluie, avec seulement quelques kms au compteur, je confirme l'impression du moteur du GSE tant au niveau de la puissance identique que de la encore plus grande douceur et linéarité du moteur, c'est donc peu dire. La souplesse extrême et l'allant sont bien présents, ce qui fait qu'on se soucie peu de la sélection ni du régime, la moto relançant toujours correctement pour doubler notamment. Bon point niveau moteur donc même si le caractère est modeste, et côté partie cycle, il s'agit d'une jolie moto de bonne stature et bien finie (la cbr), sans que les plastiques soient ostentatoires ni gênants, ça devient rare, tout tombe bien sous l'oeil, le résultat est même flatteur pour l'ego. Même les collecteurs de pots sont d'un joli inox cuivré (idem pour le cbf) avec même une jolie protection en acier par dessous, rappelez vous des anciens CB et autres 500, c'était pas ça au niveau de la ligne de pots. Le bloc compteur est bien intégré, tout est parfaitement ajusté sur la CBR, un peu moins sur la CBF à cause des durites voyantes sur le moteur, mais ça va bien aussi quand même. Cette dernière en plus d'une plus grande nudité, se caractérise par un prix plus doux et un large cintre. Bonnes affaires donc que ces petites 500 abs compris, suffisantes pour toutes prestations au quotidien, même un peu de duo. Honda pouvait difficilement faire mieux.
7 | écrit le mercredi 10 avril 2013 à 10h33 par zorent
Moi qui suis en train passer mon permis moto, je pense que je vais opter pour la CB500F. Elle correspond pile à ce que je recherche. Merci Honda!
Réagir sur cet essai :
Pseudo :

Email : (ne sera pas affiché sur le site, mais un mail de validation vous sera envoyé)

Votre commentaire :

Smiley: :evilgrin: :waii: :unhappy: :tongue: :surprised: :smile: :happy: :wink:
Recopiez le code ci-contre (chiffres uniquement):
Occasions moto
Boutique
.: Tags :.
Partenaires
44 visiteurs actuellement sur le site.